BIOGRAPHIE


Fille d’artiste père clown (Jean-Baptiste Thierrée) précurseur du nouveau cirque et mère écrivain (Betty Duhamel), Juliette Andrea est une enfant de la balle. Elle se dit issue de ce drôle de mélange. Elle est à la fois  drôle et  littéraire, originale et classique, sensible et extravagante.


Elle débute en étant comédienne. Formée par l’école de La rue blanche, elle joue au théâtre et au cinéma dans une quinzaine de films dont : « La vie moderne » de Laurence Ferreira Barbosa. Son expérience d’actrice est à l’origine de son style. Ses chansons sont comme des scénarios de court métrage : Elles racontent des histoires. Histoire de trahison (
Les bottes de 7 lieues Saint Valentin 2000), Histoire d’aveuglement (Au fait Juliette), Histoire de renaissance  (L’inspirationJe suis prête). Histoire de vie  (La ride, Eloge du rien, Notre Histoire).

Un jour, elle fait la connaissance de Vincent Baguian, qui, touché par la singularité de son écriture, collabore à son projet, l’encourage à écrire et lui fait rencontrer Sandrine Runzer à la Warner qui lui propose d’écrire pour David Halliday. Elle co-écrit avec Sophie Gascon sur l’album : « Satellite » la chanson : « On ne récolte que ce qu’on sème ».
En 2003,  elle participe aux rencontres d’Astaffort de Francis Cabrel dans la section « écriture » et cinq de ses chansons réalisées
pendant le stage sont sélectionnées pour le spectacle final en première partie de Vincent Delerm.

Juste après, d’autre textes sont choisi par Enzo Enzo pour « Parolli » ainsi que pour le groupe Vis à vies.

En 2004, elle s’entoure de 4 musiciens. L’expérience dure 6 mois. «  On s’éclatait mais ça partait dans tous les sens. Dommage, il y avait du potentiel… » Dira t'elle plus tard.

Elle décide de s’atteler principalement à son projet. Elle rencontre le pianiste arrangeur compositeur chanteur Alexis Krycève. Leur collaboration est fructueuse et complémentaire. Sur scène ils chantent 4 chansons ensemble. A eux deux, ils construisent le spectacle. 
Jean Ribeiro, accordéoniste de talent, les rejoint.   
Depuis,  elle creuse son style et se produit entre autre au Divan du monde, Sentier des Halles, l’Essaïon, Théâtre des  Blanc Manteaux, L’Archipel, 7 lézards et Franc Pinot.

En novembre 2006, elle gagne un prix Sacem de meilleur auteur pour sa chanson : « L’inspiration ».

Actuellement elle fait une pause pour penser l’album :
-«  J’ai fais beaucoup de scène, j’adore ça mais là j’ai besoin de me poser. L’album est une étape, ça me faisait peur de fixer les choses dans un album, je suis comme une mère poule, je voulais prolonger ma grossesse. Mais là trois ans, ça commence à faire. Il est tant d’accoucher !

J’ai à nouveaux envie d’écrire pour d’autres, c’est bon d’entrer dans d’autres univers, d’être au service d’autres chanteurs, ça ouvre et ça repose aussi, là, je me sens comme une : Sage femme… enfin ! 

Et Juliette de conclure par un grand éclat de rire.